Articles

Dyspnée d’effort chez le sportif

  • février 2016
  • Écrit par Jean-Christophe Miniot
  • 0 Comments

« Que t’arrive t’il ? tu n’as pas l’air au mieux sur cette séance ? »

Essouflé et peinant visiblement à respirer : « Pfffff je ne sais pas ce qui se passe mais je ne me sens pas au top… je ressens un véritable inconfort respiratoire assez vite à l’effort ces derniers temps ! J’ai l’impression d’être trop essoufflé par rapport à l’effort que je réalise. »

« Tu ne fumes pas pourtant ? »

« Ben non !!!! »

« Tu sais qu’il ne faut pas fumer 2 heures avant et 2 heures après un effort !!! Ca peut être mortel !!! »

« Je te dis que je ne fume pas !! »

« OK, OK, alors va consulter un médecin pour diagnostiquer ton problème. Et je pense que les plus compétents en la matière sont les cardiologues »

« Tu es certain ? »

« Oui, j’ai lu ça sur un article du site MMSport+, abonne toi, ils ont une équipe d’experts qui met en ligne des articles, des vidéos et des programmes très intéressants et de qualité ! »

« Merci ! »

La dyspnée est une perception inconfortable de la respiration ou une difficulté à respirer. Il s’agit d’un déséquilibre entre la demande en oxygène à l’ effort et la réponse que fournit l’organisme. C’est un symptôme assez fréquent qui est trop souvent banalisé.

Quand elle survient à l’effort, il faut systématiquement se poser la question d’une origine cardiaque du problème (même si ce n’est pas la cause exclusive). Cette difficulté peut être inspiratoire, expiratoire ou associer les deux phénomènes. Elle peut aussi se manifester sous la forme d’une augmentation de la fréquence respiratoire régulière ou non (polypnée)

Qui dit dyspnée d’effort dit tolérance anormale à l’effort et par conséquent, limitation de celui-ci.

Le type d’exercice, son intensité et les conditions dans lesquelles il est réalisé sont importantes à connaître (froid, chaleur, humidité, altitude).

Le médecin recherchera des signes accompagnateurs comme :

  • Une toux
  • Soif d’air, effort respiratoire anormal
  • Douleurs dans la poitrine (douleur thoracique), constriction thoracique
  • Des palpitations ou une sensation d’emballement cardiaque
  • Sensation de jambes qui se dérobent
  • Troubles visuels
  • Perte de connaissance, malaise

Quel est le point fondamental à comprendre ?

La dyspnée d’effort est liée à la défaillance de l’un des maillons du transport de l’oxygène dans le corps :

  • Le système respiratoire (les poumons)
  • Le sang (globules rouges et hémoglobine)
  • Le système cardiovasculaire (cœur et vaisseaux)
  • Les muscles et leur système énergétique au niveau cellulaire

La sollicitation majeure qu’impose la pratique sportive met à jour une ou des pathologies débutantes d’un de ces 4 systèmes.

Il va donc falloir explorer ces voies de manière clinique et par des examens divers afin de déterminer la cause précise du problème.

A l’examen au cabinet, c’est avec le stéthoscope que l’on va rechercher une anomalie cardiaque(problème de valve audible par un souffle ou un rythme cardiaque anormal) ou respiratoire. Cela va permettre d’orienter la suite de la prise en charge.

Une prise de sang sera demandée systématiquement à la recherche d’une anémie dont il faudra rechercher la cause.

Un electrocardiogramme (ECG) de repos sera toujours effectué malgré la fréquente négativité de cet examen.

Parfois on demande un HOLTER (enregistrement du rythme cardiaque ) lors de l’effort.

En réalité, l’examen clef est l’épreuve d’effort cardiorespiratoire. Il permet d’explorer les différents maillons de la chaîne de transport de l’oxygène. On y associe l’analyse des échanges gazeux ainsi qu’une exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) afin d’éliminer un asthme d’effort.

En fonction des résultats de cet examen, on sait si l’origine est pulmonaire ou cardiaque (problème de rythme, de conduction électrique, d’ischémie, de dysfonction du muscle cardiaque avec une mauvaise adaptation tensionnelle).Une échographie cardiaque d’effort viendra confirmer le diagnostique.

Pour finir, l’origine vasculaire (artères est veines) est exceptionnelle et un problème musculaire signant une myopathie rarissime et entraîne vers une prise en charge ultra spécialisée.

Le cas de l’enfant est particulier et demande une prise en charge très sérieuse. Dans 75% des cas un asthme d’effort ou une dysfonction des cordes vocales sont responsables de la dyspnée d’effort.

Comments